Remy houtin et monne decroix

En avril 1993, monsieur Houtin après avoir destocké le promotteur nantais quitte sa ville natale pour rejoindre le célèbre groupe promotteur Monne Decroix à Toulouse qui à l’époque n’est pas vraiment connu (300 logements à toulouse vendu via des gestionnaires de patrimoine, 80 à 90% d’investisseurs privés). Il y restera 13 ans et y développera autant un savoir-faire professionnel que de considérables réalisations pour la société dont il sera le directeur commercial.


Entre 1993 et 1995, Rémy Houtin met en place la force de vente et est alors indépendant. Il rentre dans la société en tant que directeur commercial salarié en 1995.
Ainsi, Monne Decroix passe de 300 ventes d’appartements en 1995 par an à plus de 3000 ventes annuelles en 2003. Un volume de ventes multiplié par 10 en seulement moins de 10 ans.


Rémy Houtin assure également de nombreuses fonctions au sein du groupe : création du réseau, recrutement, formation, animation de commerciaux pour la vente immobilier d’investissement, mise en place de méthodes de prospection et de ventes etc. Il recrute en moins de 10 ans plus de 1000 commerciaux répartis dans plusieurs bureaux. Sa précédente expérience au sein de l’américain Rena Ware lui est extrêmement bénéfique et lui permet de faire progresser le volume de ventes de façon exponentielle, comme évoqué précédemment. En 2004 le promoteur se retrouve hors stock avec plus de 3900 ventes.


N’ayant pas prévu de faire ce nombre de ventes en 2003 (étant sur un nombre de 2500 ventes annuels) le groupe se retrouve hors-stock pour l’année 2004 (trop vendus en 2003). Le réseau commercial en 2004 s’inquiète de ne plus avoir d’appartements à vendre et d’être obligé d’attendre que le promoteur refabrique des permis de construire pour pouvoir commercialiser.

Le promoteur décide de céder son groupe au Crédit Agricole et Rémy Houtin quitte le groupe Monne Decroix retourne sur Nantes où il décide de créer une structure de marchands de biens sous le nom de RH Patrimoine.

monne-decroix